L’Actualité en temps réel

mardi 7 juin 2016

L’homme qui doutait de la Lune

Des épreuves du bac à refaire et l’âge de la retraite décalé de 5 ans, deux mauvaises nouvelles tombées en même temps sur la tête des pauvres gens. Si l’on imagine tristement un(e) candidat(e) de 18 ans qui a brillamment réussi ses épreuves mais est obligé(e) de les repasser, probablement en plein Ramadhan, il faut aussi penser à celui qui a 59 ans, épuisé par un pays si difficile, se réjouissant de sortir en retraite à la fin de l’année, en laissant tous les grands fainéants de la nation à leur paresse dorée. Crise de financements oblige,
il faudra donc encore attendre pour se reposer, et on l’aura bien compris, le train des dépenses de l’Etat ne baissera pas, c’est aux citoyens de faire les sacrifices nécessaires pour que le Club des Pins continue à fonctionner. Surtout, signe que l’Etat n’est pas forcément où il doit être, ce n’est même pas le gouvernement qui a annoncé cette mesure aussi dure, c’est le FCE par la voix de son patron, avec un «nous» étrange sur le ton péremptoire : «Nous allons augmenter l’âge de départ en retraite de 60 ans à 65 ans», avant même tout débat sur la question. Qui est «nous» et qui a décidé de nous faire travailler 5 ans de plus ?
Un patron, par définition soucieux de faire travailler les travailleurs, c’est normal, mais on aurait préféré que cette annonce féodale vienne en premier d’un ministre par exemple, sans parler d’un Président, qui ne parle plus de toutes façons. Raison de plus pour prendre de la hauteur, digérer le Ramadhan et sortir momentanément de l’enfermement politique. En ces temps de doute sur la viabilité des modèles et des hommes, on peut aussi douter de la Lune, ce bout de rocher si petit par rapport aux étoiles qui ornent le ciel. La Lune n’émet pas de lumière, reflétant simplement celle du Soleil, et si l’homme en a fait un repère brillant, c’est parce qu’elle est proche et paraît grande. Erreur de profondeur de champ.
Chawki Amari