L’Actualité en temps réel

dimanche 3 avril 2016

Ahmed Ouyahia défend Chakib Khelil, évite de répondre à Amar Saâdani

Ahmed Ouyahia - TSA 
Par Hadjer Guenanfa  IN TSA
Il y a moins de quinze jours, Ahmed Ouyahia n’avait « rien à dire » sur l’affaire qui concerne la justice. C’était le 18 mars, Chakib Khelil venait de rentrer en Algérie. Ce samedi, Ahmed Ouyahia a changé d’avis : le secrétaire général par intérim du RND a décidé de commenter l’affaire Khelil.

« Qui a sali Chakib Khelil ? C’est la rue. Les gens qui faisaient des déclarations. Et puis, les médias reprenaient », a expliqué Ahmed Ouyahia dans une déclaration-entretien à la télévision Ennahar TV. Pour lui, il n’y a rien à redire sur les compétences de l’ancien ministre de l’Énergie et des Mines qu’il a eu à côtoyer durant dix ans. Des compétences « reconnues mondialement », selon M. Ouyahia.
Mais si Ouyahia défend Khelil, il n’enfonce pas pour autant l’ancien procureur d’Alger qui avait lancé en août 2013 le fameux mandat d’arrêt international contre l’ex-ministre de l’Énergie. Selon Ahmed Ouyahia, le procureur général d’Alger avait obéi à des ordres. Des ordres donnés par qui ? Ouyahia ne cite pas de noms. Il suggère seulement que ces ordres venaient du ministère de la Justice.
Ahmed Ouyahia appelle également à réhabiliter les cadres de Sonatrach injustement mis en cause dans les dossiers de corruption, en suggérant même des réparations.
Autre sujet évoqué par Ouyahia : les rapports entre le RND et le FLN.« Nous considérons le FLN comme un allié stratégique », dit-il, sans jamais faire allusion à la dernière sortie de Amar Saâdani dans laquelle il a demandé à Ouyahia de quitter la présidence de la République.
Ahmed Ouyahia a en revanche tenté d’expliquer son refus de participer à la dernière rencontre des partis du pouvoir tenue mercredi à la Coupole. « Nous n’avons pas attendu 2016 pour soutenir le Président de la République. On soutient le Président depuis 1999. Cela nous a coûté une crise interne (au sein du RND, NDLR), À chaque fois qu’il y a eu une crise, le Président a trouvé le RND à ses côtés », a-t-il soutenu.