L’Actualité en temps réel

vendredi 8 avril 2016

LES MEILLEURS PUBLICATIONS DE LA SEMAINE

****** Mohamed Larbi Ben M’hidi L’homme qui a fait trembler l’état-major français   
Plusieurs versions de sa mort ont circulé. Selon le général Aussaresses, ce sont lui et ses hommes qui l’ont conduit dans une ferme désaffectée de la Mitidja où ils l’ont pendu les yeux bandés. Le 6 mars, le porte-parole de Robert Lacoste déclare dans une conférence de presse que Ben M’hidi s’est suicidé dans sa cellule en se pendant à l’aide des lambeaux de sa chemise, alors qu’une autre version des faits nous apprend que le 3 mars Ben M’hidi a été emmené à Maison-Carrée (El-Harrach) où, après avoir encore été torturé, il sera exécuté par balles au cours de la nuit après avoir donné une leçon d’héroïsme et d’endurance à ses bourreaux.
La bravoure du leader du FLN a non seulement impressionné ses amis, mais aussi ses ennemis, à commencer par les généraux Bigeard, Massu, Godard et Allaire. A sa mort, Mohamed-Larbi Ben M’hidi avait 34 ans. Il repose aujourd’hui au carré des martyrs d’El Alia.  


VERSION PDF

****** MALEK BENNABI: Islam et démocratie (2/2) 
 Parler de démocratie en Islam, c’est se demander si l’islam peut augmenter le sentiment envers soi et envers les autres, compatible avec le fondement de la démocratie dans la psychologie de l’individu et s’il peut créer les conditions sociales générales favorables au maintien et au développement du sentiment démocratique ainsi qu’à son efficacité.
 
VERSION PDF
Les relations en voie d’apaisement entre la puissance coloniale et son ex-colonie, l’Algérie, vont prendre une tournure sournoise, voire dangereuse. Si l’année suivante Valéry Giscard d’Estaing est le premier président français à se rendre en Algérie indépendante, la visite retour, celle du président Houari Boumediène à Paris, ne se fera jamais, et pas seulement en raison de sa disparition prématurée en décembre 1978.
 
 VERSION PDF

**** NOUREDDINE BOUKROUH : RÉFLEXION : 01-Avant et aujourd’hui 
L’islamisme arrivé au pouvoir par l’alchimie des révolutions arabes, et qui laisse entendre qu’il
va réussir chez lui comme l’AKP en Turquie, a en fait peu de chances de rééditer cette réussite car il n’a pas été, comme lui, soumis depuis sa naissance et des décennies durant à deux limites entre lesquelles il était obligé d’évoluer sans possibilité de les transgresser : la laïcité inscrite dans la Constitution, et les pré-requis nécessités par la perspective d’intégrer l’Union européenne.  

 
VERSION PDF

******** Les travers de l’assurance automobile Clients lésés, délais trop longs, ambiguïtés contractuelles Clients lésés, délais trop longs, ambiguïtés contractuelles. Elle est à l’origine du plus gros du chiffre d’affaires des compagnies d’assurance avec une part de plus de 50% du marché des assurances dommages. Elle est aussi à l’origine de beaucoup de tracasseries.

 * Sonatrach éclaboussé par une nouvelle affaire de corruption 
La Sonatrach est touchée par une nouvelle affaire de corruption. Des pots-de-vin auraient été versés par Samsung, Hyundai et Saipem pour obtenir de juteux contrats dans les hydrocarbures en Algérie.

Une affaire de corruption à grande échelle révélée par les journaux Huffington Post et The Age éclabousse une nouvelle fois Sonatrach. Des compagnies coréennes et italiennes liées au secteur de l’énergie auraient versé des pots-de-vin pour obtenir des contrats en Algérie par l’intermédiaire d’une société pétrolière, basée à Monaco, du nom d’Unaoil.

A l’heure où le pouvoir algérien tente de disculper Chakib Khelil des accusations dont il fait l’objet en matière de corruption, de nouveaux éléments révélés par des enquêtes internationales qui éclaboussent la planète tendent à prouver le contraire de ce qui est avancé chez nous compromettant ainsi gravement l’opération de réhabilitation en cours.  

***** AMMAR BELHIMER : «Diriger depuis l’arrière»  
Lors d’un récent colloque consacré à «l’extraterritorialité du droit américain», Hervé Juvin, président de l’Observatoire Eurogroup Consulting, a apporté moult éclairages sur «l’impérium normatif et juridique» du complexe militaro-industriel et financier des Etats-Unis(*).
Il est observé une conversion du modèle stratégique américain de puissance, avec le passage de ce qu’on appelait, dans les années 1990, «la révolution dans les affaires militaires», vers, plus récemment, le «leading from behind» que le Président Obama a théorisé à partir d’un célèbre discours à West Point.
 


VERSION PDF