vendredi 1 avril 2016

Saâdani et Freud

Par Arris Touffan
En jouant les idiots utiles de l’autorité suprême, Saâdani a aussi un autre rôle. Il dit tout haut les arrière-pensées de ceux qui nous gouvernent dans l’opacité.
Son absence totale de ce surmoi qui joue, selon le freudisme, les filtres, aide les aveugles que nous sommes à tâtonner dans la nuit que le pouvoir nous donne à vivre comme destin national.
Ainsi, il nous dit qu'Ouyahia œuvre à être candidat à la présidentielle et que Chakib Khelil n’est pas revenu pour compter les bûchettes mais pour hériter d’une responsabilité dont il ne précise pas la nature. Le reste, on peut le supposer en connectant l’une à l’autre ces incartades…