L’Actualité en temps réel

mercredi 20 avril 2016

La notion mohammadienne suite et fin



Nous voyons cependant le Prophète annuler lui-même ce « hadith » devant l’expérience d’un simple maraîcher : posant ainsi la primauté de la raison et de l’expérience dans la conduite de l’activité terrestre.


Passant un jour devant un maraîcher des environs de Médine, Mohammed lui conseilla de traiter ses palmiers d’une certaine manière. Mais il revit plus tard le même maraîcher, alors que celui-ci avait abandonné la méthode conseillée parce qu’elle ne donnait pas le meilleur résultat. Mohammed l’admit parfaitement et conseilla même, sur le champ, que l’expérience individuelle devait primer le conseil d’un homme, fut-il le Prophète (1)

C’est là sans doute la seule interprétation raisonnable pour lever la contradiction qui pourrait apparaître, sans cela, dans l’attitude du Prophète. Celui-ci, en somme, avait prêché ses sinistres avertissements au nom de Yahvé, et c’est également au nom de Yahvé invoqué, dans l’oracle de Hanania, qu’il a cru devoir garder le silence, un instant.

Mais ce silence, n’est pas une notion révélée à Jérémie ; il ne faut y voir que sa notion personnelle : il juge que Hanania pourrait avoir eu réellement l’inspiration de Dieu.Cependant, la révélation vient aussitôt corriger ce jugement du prophète qui reprend sur le champ le thème favori de sa prédication.

Toutefois, cet incident démarque nettement dans la conscience de Jérémie la notion de l’homme par rapport à celle du prophète, comme le conseil au maraîcher qui sépare la notion mohammadienne de la notion coranique dans le cas de Mohammed. D’ailleurs, le Coran situe parfaitement dans le temps, ce rapport entre les deux notions, dans le verset suivant:« C’est ainsi que nous t’avons révélé l’esprit : avant Tu ne savais certes ni le Livre, ni la croyance (de l’Islam) ». Cor. XLII V. 52.

Ainsi donc, « avant » le Mont Hira, Mohammed n’avait que les notions personnelles, mais celles-ci ne paraissent - si, comme on le doit, on donne au verset ci-dessus toute sa signification historique - rien avoir de commun avec les notions coraniques.Ce verset fixe incidemment, mais d’une manière assez nette, l’origine de la notion coranique, après Hira et en tout cas, pas avant « la révélation de l’esprit ».

Historiquement, on ne doit pas garder d’imprécision sur ce point, car le verset en question est passé tout d’abord par la conscience et l’autocritique de Mohammed qui savait certainement juger de cette démarcation nécessaire à sa propre conviction.D’ailleurs, le Coran se plait à lui rappeler et à lui souligner instamment cette démarcation qui fait l’objet de nombreux versets.

En voici un, notamment, qui parait souligner le premier :« Avant le Coran, tu ne connaissais point le Livre et tu n’en avais écrit aucun de ta main... » (Cor. XXIX., 48).L’histoire de la notion coranique commence donc après et non « avant le Coran ». C’est ce qui semble être le sens précis du verset.

Maintenant, au point de vue psychologique, par rapport à la conscience de Mohammed, ce verset renforce encore le dernier pour démarquer la notion mohammadienne de la notion coranique.D’ailleurs le Coran insiste beaucoup sur ce point comme on peut s’en rendre compte encore dans le verset suivant : « Nous t’édifions ainsi (O Mohammed) sur les choses du passé : C’est une grâce de notre part de te donner cette information ». Cor. XX - V. 99.

Dans d’autres versets, le Coran semble indiquer une limitation voulue de la révélation sur un point déterminé comme pour suspendre ainsi l’intérêt et la conscience de Mohammed à quelque chose qui n’a pas été révélé et qui ne le sera pas, peut-être. En voici un exemple : « Nous avons envoyé de nombreux prophètes avant toi : Nous t’avons raconté l’histoire le certains parmi eux. Mais il en est dont nous ne t’avons narré l’histoire ». Cor. XL. - V. 78.

Dans ce verset, la notion coranique semble aller non seulement au delà de la notion mohammadienne, mais au-delà même de ce qui est révélé actuellement.On peut citer d’autres versets - notamment le verset 45 (XLIII) - qui ont le même sens.

Quelquefois, la démarcation dans le Coran, entre la notion mohammadienne et la notion coranique, est faite à l’occasion d’un banal incident offert par la vie courante. C’est le cas dans le verset suivant : « Si nous voulions (O Mohammed), nous te ferions connaitre ces hommes afin que tu les connaisses sous leurs traits physiques ». Cor. XLIL - V. 52.

Quelquefois enfin, cette démarcation nous est signalée à propos d’une opposition entre la notion mohammadienne et la notion coranique comme dans ce verset, que nous analyserons plus loin (3) « Ne te hâte point de retenir le Coran tant que sa « révélation n’est pas encore accomplie » ». Cor. XX. - V. 114.

On devrait aussi tenir compte, pour cette démarcation, d’un autre élément - externe celui-là - qui la souligne bien à son tour : il s’agit de la facture propre à la notion mohammadienne. On dit avec juste raison sans doute, que « le style est de l’homme même ».

Or la notion mohammadienne et la notion coranique représentent deux styles : chacun avec son cachet, sa facture propre.La phrase coranique a un rythme, une musicalité qui la signale déjà à l’oreille. Elle a ses tournures et ses termes propres. Ce n’est pas à tort que l’on a dit que le style coranique est inimitable. On dit que le grand poète El-Muttanabi aurait essayé en vain de l’imiter. En tout cas, l’histoire accuse un essai certain, celui du « Bayan El-Arabi » du « Bab ».

Mais ce ne fut là qu’un essai malheureux (4).

On ne peut douter qu’il n’y ait dans tous ces exemples une nette démarcation historique et psychologique entre la notion mohammadienne et la notion coranique : démarcation qui, située dans la conscience de Mohammed - éclaire encore le phénomène coranique.

oumma.com


Notes:
(1) N.D.L. : L’anecdote du maraîcher est rapportée par le traditionniste Muslem, Qui l’a recueillie par deux voies différentes : une leçon selon soufyan Ibn El-Ass et l’autre selon Anis.

(2) A. LODS : « Les Prophètes d’Israël », page 188.

(3) Voir plus loin le paragraphe des « Oppositions ».

(4) Cheikh M. Tag : « Le Babisme et l’Islam ».
Extrait du livre  « Le phénomène Coranique » de Malek Bennabi