mercredi 8 juin 2016

Dé-brouille

 par El-Guellil
C'est le mois des affaires. On se plonge dans la débrouille à qui mieux mieux. C'est aussi le mois propice aux congés, pour qui ne supporte pas le «téchnèf» du chef et les contraintes de la pointeuse. La grasse matinée mon frère, fi sidna Ramadhan est obligatoire, ça évite pas mal de déboires.  Un congé payé pendant ce mois, permet d'arrondir les trente jours de dépenses: Il y en a qui se mettent en associations; qui louent des locaux, et s'investissent dans la zlabia, la chamia et autres sucreries.Non, ce ne sont pas des spécialistes ni des pâtissiers! De simples fonctionnaires en vacances. Ils achètent leurs marchandises à gros chez des fournisseurs, y'a qu'a se débrouiller un bon coin, une rue commerçante, et le bénéfice est garanti. Ils se relaient et demeurent ouverts tard le soir.  Ceux qui font dans la braise, eux, ne travaillent que le soir, jusqu'à l'imsak. Ils installent leur table, et proposent leurs sandwichs aux retardataires, ces accrocs de rami et belote qui ne savent pas quitter la table à temps. Ils sont heureux de trouver sur leur chemin quelques grillades qui remplaceront le shour, des fois que le addane les surprenne avant d'arriver au dortoir familial. Et puis il y a les deux collègues. Celui qui n'a pas droit au congé, et l'autre qui l'avait planifié «spécial Ramadhan». Le premier a une voiture, le second trente jours de repos. Le contrat est simple. Il passe sa bagnole à son acolyte, qui fera le taxi clandestin. La recette est divisée en trois parties. Une pour la voiture, et les deux autres «lik, liya». Mais généralement ça finit toujours mal. La confiance, oualou! Le contrat ne dépasse pas les quinze jours.  «Ghaya, tchu donnes la voitchure à ton copain, il te fourgue une misère en guise de recette, et toute la journée, il embarque sa ghoula de femme, et va-s-y que tu me promènes.» Pendant quinze jours elle le martèle, la suite vous la devinez. Il pointe avant le ftour chez son copain. «Jib les clés de la voiture. Jib les papiers et mel youm tu ne me connais pas.»