dimanche 10 avril 2016

Lire des délires au sujet d’une histoire de tirelires

Par Kader Bakou
Le patron de la FAF a juré par tous les saints de toutes les zaouïas que cette fois, le deux n’aura jamais de trois. Dans leur journal intime, Vahid Halilhodžić et Christian Gourcuff ont écrit qu’ils sont repartis en France sans terminer la partie, à cause d’une très forte pression de la presse sur leurs frêles épaules. Raouraoua a trouvé la tactique idéale afin de soustraire le prochain coach de l’équipe nationale de football à cette trop forte pression sur le principal porteur de ballon rond algérien.


La majorité des joueurs de l’EN sont nés en France et évoluent dans les championnats de France ou des pays voisins comme l’Italie, l’Espagne ou l’Angleterre. Raouraoua a donc décidé de domicilier l’équipe d’Algérie en France. D’une pierre deux coups ! Primo : cela évitera les fréquents déplacements des joueurs vers les regroupements de Sidi Moussa El Hadj. Secondo : la nouvelle domiciliation évitera au futur entraîneur (étranger) de subir les attaques et contre-attaques des chevaliers de la plume et du clavier algériens.
A ceux qui vont parler de gaspillage financier, El hadj a trouvé la réponse. Grâce aux dons d’hommes d’affaires et de mécènes beurs ainsi que de la très forte communauté algérienne en France et en Europe, l’Algérie va construire un centre de regroupement à Saint-Germain-des- Prés et un «Stade d’Algérie» dans une ville située à 132 km du Stade de France. Les autorités françaises ont promis de faciliter la réalisation de ces projets algériens sur le sol français, car y voyant un autre moyen d’intégration des jeunes beurs, grâce à l’argent du beur.
Cette information a été lue dans la chronique «N’en croyez pas un mot» du célèbre hebdomadaire Algérie Football.

 
K. B. IN LSA